Informations

Où puis-je me procurer des extraits de champignons ?

Où puis-je me procurer des extraits de champignons ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Est-ce que quelqu'un sait comment obtenir des extraits de champignons à partir d'isolats de champignons ? J'ai des isolats dans des pentes de PDA et je vais devoir faire imprégner leurs extraits respectifs dans des disques stériles. Je suis novice dans le domaine et toute l'aide que je peux obtenir sera grandement appréciée.


Faire des plaques de gélose

Les plaques de gélose sont le matériau de support solide standard pour la croissance des micro-organismes. Les milieux de croissance microbiens contiennent des nutriments et une source d'énergie pour alimenter les microbes au fur et à mesure de leur croissance, et de la gélose pour maintenir les milieux dans un état semi-solide, semblable à un gel.

Sur un support solide, un seul microbe se développera et se divisera pour produire une "colonie", une tache de descendants identiques. Différents types de microbes produisent des colonies avec différentes caractéristiques - forme, couleur, texture - qui aident les microbiologistes à déterminer si une culture est pure ou à identifier les types de microbes dans un échantillon mixte.

Un certain nombre de sociétés de fournitures biologiques vendent des plaques préfabriquées, mais fabriquer la vôtre est beaucoup moins chère. Avec un peu de pratique, vous constaterez qu'il est très facile de préparer vos propres assiettes et vous aurez la flexibilité supplémentaire de pouvoir personnaliser les recettes en fonction de vos besoins.


Résistance antifongique

Les infections fongiques qui résistent au traitement sont un défi pour la santé publique.

Illustration médicale de Candidose spp., présenté dans CDC&rsquos Menaces de résistance aux antibiotiques aux États-Unis, 2019.

Le problème

Les médicaments antifongiques traitent les infections fongiques en tuant ou en arrêtant la croissance de champignons dangereux dans le corps. Les champignons, comme les bactéries, peuvent développer une résistance aux antibiotiques, lorsque les germes comme les bactéries et les champignons développent la capacité de vaincre les médicaments conçus pour les tuer. La résistance aux antifongiques se produit lorsque les champignons ne répondent plus aux médicaments antifongiques.

Seuls trois types de médicaments antifongiques existent actuellement, de sorte que la résistance aux antifongiques peut sérieusement limiter les options de traitement. Certains types de champignons, comme Candida auris, peut devenir résistant aux trois types de médicaments. 1 La résistance est particulièrement préoccupante pour les patients atteints d'infections fongiques invasives&mdash infections graves qui affectent le sang, le cœur, le cerveau, les yeux ou d'autres parties du corps&mdash parce que ce sont des infections graves qui peuvent être plus difficiles à traiter si elles sont résistantes et si le traitement antifongique est limité . Par exemple, les infections du sang par le champignon Candidose (une levure) qui résistent au traitement peuvent causer de graves problèmes de santé, y compris l'invalidité et la mort.

Quelles sont les causes de la résistance antifongique?

Certaines espèces de champignons sont naturellement résistantes au traitement avec certains types de médicaments antifongiques. Par exemple, le médicament fluconazole n'agit pas contre les infections causées par le champignon Aspergillus, un type de moule. Une résistance peut également se développer au fil du temps lorsque les champignons sont exposés à des médicaments antifongiques. Cette résistance peut se produire lorsque les médicaments antifongiques sont utilisés de manière inappropriée pour traiter les personnes malades (par exemple, lorsque les doses sont trop faibles ou lorsque les traitements ne sont pas assez longs), ou même lorsque les médicaments antifongiques sont utilisés correctement. 2,3 L'utilisation de fongicides en agriculture pour prévenir et traiter les maladies fongiques des cultures peut également contribuer à la résistance des personnes exposées à ces fongicides.

Certaines études ont indiqué que les antibiotiques &mdashqui incluent les médicaments antifongiques&mdash peuvent également contribuer à la résistance antifongique dans Candidose. Cette résistance peut se produire de diverses manières. Par exemple, les antibiotiques peuvent réduire les bons et les mauvais germes dans l'intestin, ce qui crée des conditions favorables à la Candidose croissance. 4 On ne sait pas si la diminution de l'utilisation de tous ou de certains antibiotiques peut réduire Candidose infections, mais l'utilisation appropriée d'antibiotiques et de médicaments antifongiques est l'un des facteurs les plus importants dans la lutte contre la résistance aux médicaments.

Types de champignons résistants

Les champignons qui ont montré une résistance aux médicaments antifongiques sont Aspergillus et certains Candidose espèce. Candida auris est une nouvelle espèce particulièrement résistante aux médicaments antifongiques et pouvant se propager dans les établissements de santé. Apprendre encore plus:


Contenu

"Saccharomyces" dérive du grec latinisé et signifie " moisissure à sucre " ou " champignon à sucre ", saccharon (σάκχαρον) étant la forme de combinaison "sucre" et myces (μύκης) étant "champignon". [4] [5] cerevisiae vient du latin et signifie "de la bière". [6] Les autres noms de l'organisme sont :

  • la levure de bière, bien que d'autres espèces soient également utilisées en brasserie [7]
  • Levure de bière
  • Levure de fermentation haute
  • La levure de boulanger[7]
  • Levure Ragi, dans le cadre de la fabrication de tapai
  • Levure bourgeonnante

Cette espèce est également la principale source de levure nutritionnelle et d'extrait de levure.

Au 19ème siècle, les boulangers obtenaient leur levure auprès des brasseurs de bière, ce qui a conduit à des pains à fermentation douce tels que le petit pain impérial "Kaisersemmel" [8], qui manquait en général de l'acidité créée par l'acidification typique de Lactobacilles. Cependant, les brasseurs de bière sont lentement passés de la fermentation haute (S. cerevisiae) à la fermentation basse (S. pastorianus) Levure. Le processus de Vienne a été développé en 1846. [9] Bien que l'innovation soit souvent reconnue pour l'utilisation de la vapeur dans les fours de cuisson, conduisant à une caractéristique de croûte différente, elle est remarquable pour inclure des procédures de broyage élevé des grains (voir Vienna grits [10] ), en les cassant progressivement au lieu de les écraser en un seul passage, ainsi que de meilleurs processus de culture et de récolte des levures de fermentation haute, appelées levure de presse. [ citation requise ]

Les raffinements de la microbiologie à la suite des travaux de Louis Pasteur ont conduit à des méthodes plus avancées de culture de souches pures. En 1879, la Grande-Bretagne a introduit des cuves de culture spécialisées pour la production de S. cerevisiae, et aux États-Unis au tournant du siècle, des centrifugeuses ont été utilisées pour concentrer la levure, [11] rendant possible la levure commerciale moderne et transformant la production de levure en une entreprise industrielle majeure. La levure en suspension fabriquée par les petits boulangers et les épiceries est devenue de la levure à la crème, une suspension de cellules de levure vivantes dans un milieu de croissance, puis de la levure comprimée, la levure à gâteau fraîche qui est devenue le levain standard pour les boulangers dans une grande partie du monde occidentalisé au début 20ième siècle. [ citation requise ]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Fleischmann's a développé une levure sèche active granulée pour les forces armées des États-Unis, qui ne nécessitait pas de réfrigération et avait une durée de conservation plus longue et une meilleure tolérance à la température que la levure fraîche. C'est toujours la levure standard pour les recettes militaires américaines. L'entreprise a créé une levure qui lèverait deux fois plus vite, réduisant ainsi le temps de cuisson. Lesaffre créera plus tard la levure instantanée dans les années 1970, qui a gagné une utilisation et une part de marché considérables au détriment de la levure fraîche et sèche dans leurs diverses applications. [ citation requise ]

Écologie Modifier

Dans la nature, les cellules de levure se trouvent principalement sur les fruits mûrs comme les raisins (avant maturation, les raisins sont presque exempts de levures). [12] Depuis S. cerevisiae n'est pas aéroporté, il nécessite un vecteur pour se déplacer. [ citation requise ]

Les reines des guêpes sociales hivernent à l'âge adulte (Vespa crabro et Polistes spp.) peuvent héberger des cellules de levure de l'automne au printemps et les transmettre à leur descendance. [13] L'intestin de Polistes dominula, une guêpe sociale, héberge S. cerevisiae les souches ainsi que S. cerevisiae × S. paradoxus hybrides. Stefanini et al. (2016) ont montré que l'intestin de Polistes dominula favorise l'accouplement de S. cerevisiae tensions, à la fois entre elles et avec S. paradoxus cellules en fournissant des conditions environnementales favorisant la sporulation des cellules et la germination des spores. [14]

La température optimale pour la croissance de S. cerevisiae est de 30 à 35 °C (86 à 95 °F). [13]

Cycle de vie Modifier

Deux formes de cellules de levure peuvent survivre et croître : haploïdes et diploïdes. Les cellules haploïdes subissent un cycle de vie simple de mitose et de croissance et, dans des conditions de stress élevé, mourront en général. C'est la forme asexuée du champignon. Les cellules diploïdes (la «forme» préférentielle de la levure) subissent également un cycle de vie simple de mitose et de croissance. La vitesse à laquelle le cycle cellulaire mitotique progresse diffère souvent considérablement entre les cellules haploïdes et diploïdes. [15] Dans des conditions de stress, les cellules diploïdes peuvent subir une sporulation, entrer dans la méiose et produire quatre spores haploïdes, qui peuvent ensuite s'accoupler. C'est la forme sexuelle du champignon. Dans des conditions optimales, les cellules de levure peuvent doubler leur population toutes les 100 minutes. [16] [17] Cependant, les taux de croissance varient énormément à la fois entre les souches et entre les environnements. [18] La durée de vie réplicative moyenne est d'environ 26 divisions cellulaires. [19] [20]

Dans la nature, les mutations délétères récessives s'accumulent pendant les longues périodes de reproduction asexuée des diploïdes, et sont purgées lors de l'autofécondation : cette purge a été qualifiée de « renouvellement du génome ». [21] [22]

Besoins nutritionnels Modifier

Toutes les souches de S. cerevisiae peut se développer en aérobie sur le glucose, le maltose et le tréhalose et ne pas se développer sur le lactose et le cellobiose. Cependant, la croissance sur les autres sucres est variable. Le galactose et le fructose sont deux des meilleurs sucres fermentants. La capacité des levures à utiliser différents sucres peut différer selon qu'elles sont cultivées en aérobie ou en anaérobie. Certaines souches ne peuvent pas se développer en anaérobiose sur du saccharose et du tréhalose.

Toutes les souches peuvent utiliser l'ammoniac et l'urée comme seule source d'azote, mais ne peuvent pas utiliser de nitrate, car elles n'ont pas la capacité de les réduire en ions ammonium. Ils peuvent également utiliser la plupart des acides aminés, des petits peptides et des bases azotées comme sources d'azote. L'histidine, la glycine, la cystine et la lysine ne sont cependant pas facilement utilisées. S. cerevisiae n'excrétant pas de protéases, les protéines extracellulaires ne peuvent donc pas être métabolisées.

Les levures ont également besoin de phosphore, qui est assimilé sous forme d'ion dihydrogénophosphate, et de soufre, qui peut être assimilé sous forme d'ion sulfate ou de composés organiques soufrés tels que les acides aminés méthionine et cystéine. Certains métaux, comme le magnésium, le fer, le calcium et le zinc, sont également nécessaires à la bonne croissance de la levure.

Concernant les exigences biologiques, la plupart des souches de S. cerevisiae besoin de biotine. En effet, un S. cerevisiaeLe test de croissance basé sur la biotine a jeté les bases de l'isolement, de la cristallisation et, plus tard, de la détermination structurelle de la biotine. La plupart des souches nécessitent également du pantothénate pour une croissance complète. En général, S. cerevisiae est prototrophe pour les vitamines.

Accouplement Modifier

La levure a deux types d'accouplement, une et (alpha), qui montrent des aspects primitifs de la différenciation sexuelle. [23] Comme chez de nombreux autres eucaryotes, l'accouplement conduit à une recombinaison génétique, c'est-à-dire à la production de nouvelles combinaisons de chromosomes. Deux cellules de levure haploïdes de type d'accouplement opposé peuvent s'accoupler pour former des cellules diploïdes qui peuvent soit sporuler pour former une autre génération de cellules haploïdes, soit continuer à exister sous forme de cellules diploïdes. L'accouplement a été exploité par les biologistes comme un outil pour combiner à volonté des gènes, des plasmides ou des protéines. [ citation requise ]

La voie d'accouplement utilise un récepteur couplé à la protéine G, une protéine G, une protéine RGS et une cascade de signalisation MAPK à trois niveaux qui est homologue à celles trouvées chez l'homme. Cette caractéristique a été exploitée par les biologistes pour étudier les mécanismes de base de la transduction et de la désensibilisation du signal. [ citation requise ]

Cycle cellulaire Modifier

La croissance de la levure est synchronisée avec la croissance du bourgeon, qui atteint la taille de la cellule mature au moment où elle se sépare de la cellule mère. Dans les cultures de levures bien nourries et à croissance rapide, toutes les cellules ont des bourgeons, car la formation des bourgeons occupe tout le cycle cellulaire. Les cellules mères et filles peuvent initier la formation de bourgeons avant que la séparation cellulaire ne se produise. Dans les cultures de levure à croissance plus lente, des cellules dépourvues de bourgeons peuvent être observées et la formation de bourgeons n'occupe qu'une partie du cycle cellulaire. [ citation requise ]

Cytokinèse Modifier

La cytokinèse permet le bourgeonnement de la levure Saccharomyces cerevisiae se diviser en deux cellules filles. S. cerevisiae forme un bourgeon qui peut croître tout au long de son cycle cellulaire et quitter ensuite sa cellule mère lorsque la mitose est terminée. [24]

S. cerevisiae est pertinent pour les études du cycle cellulaire car il se divise de manière asymétrique en utilisant une cellule polarisée pour faire deux filles avec des destins et des tailles différents. De même, les cellules souches utilisent la division asymétrique pour l'auto-renouvellement et la différenciation. [25]

Calendrier Modifier

Pour de nombreuses cellules, la phase M ne se produit pas tant que la phase S n'est pas terminée. Cependant, pour l'entrée en mitose en S. cerevisiae ce n'est pas vrai. La cytokinèse commence avec le processus de bourgeonnement à la fin de G1 et ne s'achève qu'environ à mi-chemin du cycle suivant. L'assemblage du fuseau peut se produire avant que la phase S n'ait fini de dupliquer les chromosomes. [24] De plus, il y a un manque de G2 clairement défini entre M et S. Ainsi, il y a un manque de régulation étendue présente chez les eucaryotes supérieurs. [24]

Lorsque la fille émerge, la fille mesure les deux tiers de la taille de la mère. [26] Tout au long du processus, la mère affiche peu ou pas de changement de taille. [27] La ​​voie RAM est activée dans la cellule fille immédiatement après la fin de la cytokinèse. Ce parcours permet de s'assurer que la fille s'est bien séparée. [26]

Anneau d'actomyosine et formation de septum primaire Modifier

Deux événements interdépendants entraînent la cytokinèse dans S. cerevisiae. Le premier événement est la constriction contractile de l'anneau d'actomyosine (AMR) et le second événement est la formation du septum primaire (PS), une structure de paroi cellulaire chitineuse qui ne peut être formée que pendant la cytokinèse. Le PS ressemble chez les animaux au processus de remodelage de la matrice extracellulaire. [26] Lorsque l'AMR se resserre, le PS commence à se développer. Perturber la RAM désoriente le PS, suggérant que les deux ont un rôle dépendant. De plus, la perturbation du PS entraîne également des perturbations de la RAM, suggérant que l'anneau d'actomyosine et le septum primaire ont une relation d'interdépendance. [28] [27]

L'AMR, qui est attachée à la membrane cellulaire faisant face au cytosol, est constituée de molécules d'actine et de myosine II qui coordonnent les cellules pour se diviser. [24] On pense que l'anneau joue un rôle important dans la pénétration de la membrane plasmique en tant que force contractile. [ citation requise ]

Une bonne coordination et un assemblage de position correct de l'anneau contractile dépendent des septines, qui sont le précurseur de l'anneau du septum. Ces GTPases assemblent des complexes avec d'autres protéines. Les septines forment un anneau à l'endroit où le bourgeon sera créé à la fin de G1. Ils contribuent à favoriser la formation de l'anneau actine-myosine, bien que ce mécanisme soit inconnu. Il est suggéré qu'ils aident à fournir un support structurel pour d'autres processus de cytokinèse nécessaires. [24] Après l'émergence d'un bourgeon, l'anneau de septine forme un sablier. Le sablier septin et l'anneau de myosine sont ensemble le début du futur site de division. [ citation requise ]

Le complexe septine et AMR progresse pour former le septum primaire constitué de glucanes et d'autres molécules chitineuses envoyées par les vésicules du corps de Golgi. [29] Une fois la constriction AMR terminée, deux septums secondaires sont formés par des glucanes. La façon dont l'anneau AMR se dissimule reste mal inconnue. [25]

Les microtubules ne jouent pas un rôle aussi important dans la cytokinèse par rapport à la RAM et au septum. La perturbation des microtubules n'a pas altéré de manière significative la croissance polarisée. [30] Ainsi, l'AMR et la formation de septum sont les principaux moteurs de la cytokinèse. [ citation requise ]

Différences avec la levure de fission Modifier
  • La levure bourgeonnante forme un bourgeon à partir de la cellule mère. Ce bourgeon se développe pendant le cycle cellulaire et détache la division de levure de fission en formant une paroi cellulaire [24]
  • La cytokinèse commence en G1 pour la levure bourgeonnante, tandis que la cytokinèse commence en G2 pour la levure à fission. La levure à fission « sélectionne » le point médian, tandis que la levure bourgeonnante « sélectionne » un site de bourgeon [31]
  • Au début de l'anaphase, l'anneau d'actomyosine et le septum continuent de se développer chez la levure en herbe, chez la levure à fission pendant la métaphase-anaphase, l'anneau d'actomyosine commence à se développer [31]

Organisme modèle Modifier

Lorsque les chercheurs recherchent un organisme à utiliser dans leurs études, ils recherchent plusieurs traits. Parmi ceux-ci figurent la taille, le temps de génération, l'accessibilité, la manipulation, la génétique, la conservation des mécanismes et les avantages économiques potentiels. L'espèce de levure S. pombe et S. cerevisiae sont tous deux bien étudiés, ces deux espèces ont divergé il y a environ 600 à 300 millions d'années, et sont des outils importants dans l'étude des dommages à l'ADN et des mécanismes de réparation. [32]

S. cerevisiae s'est développé en tant qu'organisme modèle parce qu'il obtient un score favorable sur un certain nombre de ces critères.

  • En tant qu'organisme unicellulaire, S. cerevisiae est petit avec un temps de génération court (temps de doublement 1,25–2 heures [33] à 30 °C ou 86 °F) et peut être facilement cultivé. Ce sont toutes des caractéristiques positives dans la mesure où elles permettent la production et la maintenance rapides de plusieurs lignes d'échantillons à faible coût.
  • S. cerevisiae se divise avec la méiose, ce qui lui permet d'être un candidat pour la recherche en génétique sexuelle.
  • S. cerevisiae peuvent être transformés permettant soit l'ajout de nouveaux gènes, soit la délétion par recombinaison homologue. De plus, la capacité de croître S. cerevisiae comme haploïde simplifie la création de souches knock-out de gènes.
  • En tant qu'eucaryote, S. cerevisiae partage la structure cellulaire interne complexe des plantes et des animaux sans le pourcentage élevé d'ADN non codant qui peut perturber la recherche chez les eucaryotes supérieurs.
  • S. cerevisiae la recherche est un puissant moteur économique, du moins dans un premier temps, du fait de son utilisation avérée dans l'industrie.

Dans l'étude du vieillissement Modifier

Depuis plus de cinq décennies S. cerevisiae a été étudié en tant qu'organisme modèle pour mieux comprendre le vieillissement et a contribué à l'identification de plus de gènes mammifères affectant le vieillissement que tout autre organisme modèle. [34] Certains des sujets étudiés à l'aide de levure sont la restriction calorique, ainsi que les gènes et les voies cellulaires impliqués dans la sénescence. Les deux méthodes les plus courantes pour mesurer le vieillissement chez la levure sont la durée de vie réplicative (RLS), qui mesure le nombre de fois qu'une cellule se divise, et la durée de vie chronologique (CLS), qui mesure combien de temps une cellule peut survivre dans une stase sans division. Etat. [34] Il a été démontré que la limitation de la quantité de glucose ou d'acides aminés dans le milieu de croissance augmente le RLS et le CLS chez la levure ainsi que d'autres organismes. [35] Au début, on pensait que cela augmentait le SJSR en régulant à la hausse l'enzyme sir2, mais on a découvert plus tard que cet effet est indépendant de sir2.Il a été démontré que la surexpression des gènes sir2 et fob1 augmente le SJSR en empêchant l'accumulation de cercles d'ADNr extrachromosomiques, qui sont considérés comme l'une des causes de la sénescence chez la levure. [35] Les effets de la restriction alimentaire peuvent être le résultat d'une diminution de la signalisation dans la voie cellulaire TOR. [34] Cette voie module la réponse de la cellule aux nutriments, et les mutations qui diminuent l'activité de TOR augmentent le CLS et le RLS. [34] [35] Cela s'est également avéré être le cas chez d'autres animaux. [34] [35] Un mutant de levure dépourvu des gènes sch9 et ras2 s'est récemment avéré avoir une durée de vie chronologique décuplée dans des conditions de restriction calorique et est la plus grande augmentation réalisée dans n'importe quel organisme. [36] [37]

Les cellules mères donnent naissance à des bourgeons descendants par divisions mitotiques, mais subissent un vieillissement réplicatif au cours des générations successives et finissent par mourir. Cependant, lorsqu'une cellule mère subit une méiose et une gamétogenèse, la durée de vie est réinitialisée. [38] Le potentiel de réplication des gamètes (spores) formés par les cellules âgées est le même que celui des gamètes formés par les jeunes cellules, ce qui indique que les dommages associés à l'âge sont éliminés par la méiose des cellules mères âgées. Cette observation suggère que pendant la méiose, l'élimination des dommages liés à l'âge conduit au rajeunissement. Cependant, la nature de ces dommages reste à établir.

Pendant la famine de non-réplication S. cerevisiae cellules, les espèces réactives de l'oxygène augmentent, entraînant l'accumulation de dommages à l'ADN tels que des sites apuriniques/apyrimidiniques et des cassures double brin. [39] Également dans les cellules qui ne se répliquent pas, la capacité de réparer les cassures double brin endogènes diminue au cours du vieillissement chronologique. [40]

Méiose, recombinaison et réparation de l'ADN Modifier

S. cerevisiae se reproduit par mitose sous forme de cellules diploïdes lorsque les nutriments sont abondants. Cependant, lorsqu'elles sont affamées, ces cellules subissent une méiose pour former des spores haploïdes. [41]

Preuve d'études de S. cerevisiae portent sur la fonction adaptative de la méiose et de la recombinaison. Mutations défectueuses dans les gènes essentiels à la recombinaison méiotique et mitotique chez S. cerevisiae augmenter la sensibilité aux radiations ou aux produits chimiques nocifs pour l'ADN. [42] [43] Par exemple, le gène rad52 est nécessaire à la fois pour la recombinaison méiotique [44] et la recombinaison mitotique. [45] Rad52 les mutants ont une sensibilité accrue à la destruction par les rayons X, le méthanesulfonate de méthyle et l'agent de réticulation de l'ADN 8-méthoxypsoralène-plus-UVA, et présentent une recombinaison méiotique réduite. [43] [44] [46] Ces résultats suggèrent que la réparation par recombinaison pendant la méiose et la mitose est nécessaire pour la réparation des différents dommages causés par ces agents.

Ruderfer et al. [42] (2006) ont analysé l'ascendance des S. cerevisiae souches et a conclu que l'allogamie ne se produit qu'environ une fois toutes les 50 000 divisions cellulaires. Ainsi, il apparaît que dans la nature, l'accouplement est probablement le plus souvent entre des cellules de levure étroitement apparentées. L'accouplement se produit lorsque des cellules haploïdes de type d'accouplement opposé MATa et MATα entrent en contact. Ruderfer et al. [42] ont souligné que de tels contacts sont fréquents entre des cellules de levure étroitement apparentées pour deux raisons. La première est que des cellules de type d'accouplement opposé sont présentes ensemble dans le même asque, le sac qui contient les cellules directement produites par une seule méiose, et ces cellules peuvent s'accoupler les unes avec les autres. La deuxième raison est que les cellules haploïdes d'un type d'accouplement, lors de la division cellulaire, produisent souvent des cellules du type d'accouplement opposé avec lesquelles elles peuvent s'accoupler. La rareté relative dans la nature des événements méiotiques qui résultent de l'allogamie est incompatible avec l'idée que la production de variation génétique est la principale force sélective maintenant la méiose dans cet organisme. Cependant, cette découverte est cohérente avec l'idée alternative selon laquelle la principale force sélective maintenant la méiose est une réparation améliorée par recombinaison des dommages à l'ADN, [47] puisque cet avantage est réalisé au cours de chaque méiose, qu'il y ait ou non un croisement.

Séquençage du génome Modifier

S. cerevisiae a été le premier génome eucaryote à être complètement séquencé. [48] ​​La séquence du génome a été rendue publique le 24 avril 1996. Depuis lors, des mises à jour régulières ont été maintenues dans la base de données du génome de Saccharomyces. Cette base de données est une base de données hautement annotée et référencée pour les chercheurs sur la levure. Un autre important S. cerevisiae La base de données est maintenue par le Centre d'information de Munich pour les séquences de protéines (MIPS). Les S. cerevisiae Le génome est composé d'environ 12 156 677 paires de bases et 6 275 gènes, organisés de manière compacte sur 16 chromosomes. [48] ​​On pense qu'environ 5 800 de ces gènes sont fonctionnels. On estime qu'au moins 31 % des gènes de levure ont des homologues dans le génome humain. [49] Les gènes de levure sont classés en utilisant des symboles de gènes (tels que sch9) ou des noms systématiques. Dans ce dernier cas, les 16 chromosomes de la levure sont représentés par les lettres A à P, puis le gène est en outre classé par un numéro de séquence sur le bras gauche ou droit du chromosome, et une lettre indiquant lequel des deux brins d'ADN contient son séquence codante. [50]

Noms de gènes systématiques pour la levure de boulanger
Exemple de nom de gène YGL118W
Oui le Y pour montrer qu'il s'agit d'un gène de levure
g chromosome sur lequel se trouve le gène
L bras gauche ou droit du chromosome
118 numéro de séquence du gène/ORF sur ce bras, commençant au centromère
W si la séquence codante est sur le brin Watson ou Crick

  • YBR134C (alias SUP45 codant pour eRF1, un facteur de terminaison de la traduction) est situé sur le bras droit du chromosome 2 et est le 134e cadre de lecture ouvert (ORF) sur ce bras, à partir du centromère. La séquence codante se trouve sur le brin Crick de l'ADN.
  • YDL102W (alias POL3 codant pour une sous-unité de l'ADN polymérase delta) est situé sur le bras gauche du chromosome 4, c'est le 102e ORF du centromère et code à partir du brin Watson de l'ADN.

Fonction des gènes et interactions Modifier

La disponibilité du S. cerevisiae séquence du génome et un ensemble de mutants de délétion couvrant 90% du génome de la levure [51] a encore amélioré la puissance de S. cerevisiae comme modèle pour comprendre la régulation des cellules eucaryotes. Un projet en cours pour analyser les interactions génétiques de tous les mutants à double délétion grâce à l'analyse de puces génétiques synthétiques fera avancer cette recherche. L'objectif est de dresser une carte fonctionnelle des processus de la cellule.

À partir de 2010 [mise à jour] un modèle d'interactions génétiques est le plus complet encore à construire, contenant « les profils d'interaction pour

75 % de tous les gènes de la levure en herbe". de la cellule a été comparé à l'aptitude attendue. L'aptitude attendue est déterminée à partir de la somme des résultats sur l'aptitude des knock-outs d'un seul gène pour chaque gène comparé. Lorsqu'il y a un changement d'aptitude par rapport à ce qui est attendu, les gènes sont présumés interagir Cela a été testé en comparant les résultats à ce qui était connu auparavant. Par exemple, les gènes Par32, Ecm30 et Ubp15 avaient des profils d'interaction similaires aux gènes impliqués dans le processus cellulaire du module de tri Gap1. Conformément aux résultats, ces les gènes, une fois assommés, ont perturbé ce processus, confirmant qu'ils en font partie.[52]

À partir de là, 170 000 interactions géniques ont été trouvées et les gènes présentant des modèles d'interaction similaires ont été regroupés. Les gènes ayant des profils d'interaction génétique similaires ont tendance à faire partie de la même voie ou processus biologique. [53] Ces informations ont été utilisées pour construire un réseau mondial d'interactions génétiques organisées par fonction. Ce réseau peut être utilisé pour prédire la fonction de gènes non caractérisés en fonction des fonctions des gènes avec lesquels ils sont regroupés. [52]

Autres outils de recherche sur la levure Modifier

Des approches qui peuvent être appliquées dans de nombreux domaines différents de la science biologique et médicinale ont été développées par les scientifiques de la levure. Ceux-ci incluent la levure à deux hybrides pour étudier les interactions protéiques et l'analyse des tétrades. D'autres ressources incluent une bibliothèque de délétion de gènes comprenant

4 700 souches haploïdes viables à délétion d'un seul gène. Une bibliothèque de souches de fusion GFP utilisée pour étudier la localisation des protéines et une bibliothèque de balises TAP utilisée pour purifier les protéines à partir d'extraits de cellules de levure. [ citation requise ]

Le projet de suppression de levure de l'Université de Stanford a créé des mutations knock-out de chaque gène dans le S. cerevisiae génome pour déterminer leur fonction. [54]

Projet de génome de levure synthétique Modifier

Le projet international de génome synthétique de levure (Sc2.0 ou Saccharomyces cerevisiae version 2.0) vise à construire un ensemble entièrement design, personnalisable, synthétique S. cerevisiae génome à partir de zéro qui est plus stable que le type sauvage. Dans le génome synthétique, tous les transposons, éléments répétitifs et de nombreux introns sont supprimés, tous les codons d'arrêt UAG sont remplacés par UAA et les gènes d'ARN de transfert sont déplacés vers un nouveau néochromosome. En mars 2017 [mise à jour] , 6 des 16 chromosomes ont été synthétisés et testés. Aucun défaut de fitness significatif n'a été trouvé. [55]

Astrobiologie Modifier

Parmi d'autres micro-organismes, un échantillon de S. cerevisiae a été inclus dans le Living Interplanetary Flight Experiment, qui aurait effectué un aller-retour interplanétaire de trois ans dans une petite capsule à bord du vaisseau spatial russe Fobos-Grunt, lancé fin 2011. [56] [57] L'objectif était de tester si des organismes sélectionnés pourraient survivre quelques années dans l'espace lointain en les faisant voler à travers l'espace interplanétaire. L'expérience aurait testé un aspect de la transpermie, l'hypothèse selon laquelle la vie pourrait survivre aux voyages dans l'espace, si elle était protégée à l'intérieur de roches projetées par l'impact d'une planète pour atterrir sur une autre. [56] [57] [58] La mission de Fobos-Grunt s'est terminée sans succès, cependant, quand il n'a pas réussi à s'échapper de l'orbite terrestre basse. Le vaisseau spatial avec ses instruments est tombé dans l'océan Pacifique lors d'une rentrée incontrôlée le 15 janvier 2012. La prochaine mission d'exposition prévue dans l'espace lointain à l'aide S. cerevisiae est BioSentinel. (voir : Liste des micro-organismes testés dans l'espace)

Brasserie Modifier

Saccharomyces cerevisiae est utilisée dans le brassage de la bière, quand elle est parfois appelée levure de fermentation haute ou de culture supérieure. On l'appelle ainsi parce que pendant le processus de fermentation, sa surface hydrophobe fait adhérer les flocs au CO2 et remonter jusqu'en haut de la cuve de fermentation. Les levures de fermentation haute sont fermentées à des températures plus élevées que la levure lager Saccharomyces pastorianus, et les bières résultantes ont une saveur différente de celle de la même boisson fermentée avec une levure lager. Des « esters fruités » peuvent se former si la levure subit des températures proches de 21 °C (70 °F) ou si la température de fermentation de la boisson fluctue au cours du processus. La levure de bière blonde fermente normalement à une température d'environ 5 °C (41 °F), où Saccharomyces cerevisiae devient dormant. Une levure variante connue sous le nom de Saccharomyces cerevisiae var. diastatique est un spoiler de bière qui peut provoquer des fermentations secondaires dans les produits emballés. [59]

En mai 2013, la législature de l'Oregon a fait S. cerevisiae le microbe officiel de l'État en reconnaissance de l'impact du brassage de la bière artisanale sur l'économie et l'identité de l'État. [60]

Cuisson Modifier

S. cerevisiae est utilisé dans la cuisson le dioxyde de carbone généré par la fermentation est utilisé comme agent levant dans le pain et autres produits de boulangerie. Historiquement, cette utilisation était étroitement liée à l'utilisation de la levure par l'industrie brassicole, car les boulangers prenaient ou achetaient la mousse ou la mousse remplie de levure de la bière de brassage des brasseurs (produisant le gâteau de la bière) aujourd'hui, les souches de levure de bière et de boulangerie sont quelque peu différentes.

Levure nutritionnelle Modifier

Saccharomyces cerevisiae est la principale source de levure nutritionnelle, qui est vendue dans le commerce comme produit alimentaire. Il est populaire auprès des végétaliens et des végétariens comme ingrédient dans les substituts de fromage, ou comme additif alimentaire général en tant que source de vitamines et de minéraux, en particulier d'acides aminés et de vitamines du complexe B.

Utilisations dans les aquariums Modifier

En raison du coût élevé du CO commercial2 systèmes de cylindres, CO2 l'injection par la levure est l'une des approches de bricolage les plus populaires suivies par les aquaculteurs pour fournir du CO2 aux plantes aquatiques sous-marines. La culture de levure est, en général, conservée dans des bouteilles en plastique, et les systèmes typiques fournissent une bulle toutes les 3 à 7 secondes. Diverses approches ont été conçues pour permettre une bonne absorption du gaz dans l'eau. [61]

Saccharomyces cerevisiae est utilisé comme probiotique chez les humains et les animaux. Surtout, une souche Saccharomyces cerevisiae var. boulardii est fabriqué industriellement et cliniquement utilisé comme médicament.

Plusieurs études cliniques et expérimentales ont montré que Saccharomyces cerevisiae var. boulardii est, dans une plus ou moins grande mesure, utile pour la prévention ou le traitement de plusieurs maladies gastro-intestinales. [62] Preuves de qualité modérée démontrées Saccharomyces cerevisiae var. boulardii pour réduire le risque de diarrhée associée aux antibiotiques chez les adultes [63] [62] [64] et chez les enfants [63] [62] et pour réduire le risque d'effets indésirables de Helicobacter pylori thérapie d'éradication. [65] [62] [64] De plus, certaines preuves limitées soutiennent l'efficacité de Saccharomyces cerevisiae var. boulardii dans la prévention (mais pas le traitement) de la diarrhée du voyageur [62] [64] et, au moins comme médicament d'appoint, dans le traitement de la diarrhée aiguë chez l'adulte et l'enfant et de la diarrhée persistante chez l'enfant. [62] Il peut également réduire les symptômes de la rhinite allergique. [66]

Administration de S. cerevisiae var. boulardii est considéré comme généralement sûr. [64] Dans les essais cliniques, il a été bien toléré par les patients et le taux d'effets indésirables était similaire à celui des groupes témoins (c'est-à-dire les groupes avec placebo ou pas de traitement). [63] Aucun cas de S. cerevisiae var. boulardii des fongémies ont été rapportées au cours des essais cliniques. [64]

En pratique clinique, cependant, les cas de fongémie, causés par Saccharomyces cerevisiae var. boulardii sont rapportés. [64] [62] Les patients dont l'immunité est compromise ou ceux avec des cathéters vasculaires centraux sont à risque particulier. Certains chercheurs ont recommandé de ne pas utiliser Saccharomyces cerevisiae var. boulardii pour le traitement de ces patients. [64] D'autres suggèrent seulement que la prudence doit être exercée avec son utilisation chez les patients du groupe à risque. [62]

Saccharomyces cerevisiae s'est avéré être un pathogène humain opportuniste, bien que de virulence relativement faible. [67] Malgré l'utilisation répandue de ce micro-organisme à la maison et dans l'industrie, le contact avec lui conduit très rarement à une infection. [68] Saccharomyces cerevisiae a été trouvé dans la peau, la cavité buccale, l'oropharinx, la muqueuse duodénale, le tube digestif et le vagin d'humains en bonne santé [69] (une revue a trouvé qu'il était rapporté pour 6 % des échantillons d'intestin humain [70] ). Certains spécialistes considèrent S. cerevisiae faire partie du microbiote normal du tractus gastro-intestinal, des voies respiratoires et du vagin des humains, [71] tandis que d'autres pensent que l'espèce ne peut pas être qualifiée de véritable commensale car elle provient de la nourriture. [70] [72] Présence de S. cerevisiae dans le système digestif humain peut être plutôt transitoire [72] par exemple, des expériences montrent que dans le cas d'une administration orale à des individus sains, il est éliminé de l'intestin dans les 5 jours suivant la fin de l'administration. [70] [68]

Dans certaines circonstances, telles qu'une immunité dégradée, Saccharomyces cerevisiae peut provoquer une infection chez l'homme. [68] [67] Des études montrent qu'il provoque 0,45-1,06 % des cas de vaginite à levures. Dans certains cas, les femmes souffrant de S. cerevisiaeLes infections vaginales induites étaient des partenaires intimes des boulangers, et la souche s'est avérée être la même que celle utilisée par leurs partenaires pour la cuisson. En 1999, aucun cas de S. cerevisiae-des vaginites induites chez des femmes, qui travaillaient elles-mêmes dans des boulangeries, ont été rapportées dans la littérature scientifique. Certains cas ont été liés par les chercheurs à l'utilisation de la levure dans la pâtisserie maison. [67] Cas d'infection de la cavité buccale et du pharynx causés par S. cerevisiae sont également connus. [67]

Infections invasives et systémiques Modifier

Parfois Saccharomyces cerevisiae provoque des infections invasives (c. De telles conditions mettent la vie en danger. [67] [72] Plus de 30 % des cas de S. cerevisiae les infections invasives entraînent la mort même si elles sont traitées. [72] S. cerevisiae les infections invasives, cependant, sont beaucoup plus rares que les infections invasives causées par Candida albicans [67] [73] même chez les patients affaiblis par le cancer. [73] S. cerevisiae cause de 1 % à 3,6 % de cas de fongémie nosocomiale. [72] Un examen complet de S. cerevisiae les cas d'infection invasive ont révélé que tous les patients présentaient au moins une condition prédisposante. [72]

Saccharomyces cerevisiae peuvent pénétrer dans la circulation sanguine ou atteindre d'autres sites profonds du corps par translocation à partir de la muqueuse buccale ou entérale ou par contamination de cathéters intravasculaires (par exemple, cathéters veineux centraux). [71] Les cathéters intravasculaires, l'antibiothérapie et l'immunité compromise sont des facteurs prédisposants majeurs à S. cerevisiae infection invasive. [72]

Un certain nombre de cas de fongémie ont été causés par l'ingestion intentionnelle d'animaux vivants. S. cerevisiae cultures pour des raisons diététiques ou thérapeutiques, y compris l'utilisation de Saccharomyces boulardii (une souche de S. cerevisiae qui est utilisé comme probiotique pour le traitement de certaines formes de diarrhée). [67] [72] Saccharomices boulardii cause environ 40 % des cas de maladies invasives Saccharomyces infections [72] et est plus probable (par rapport à d'autres S. cerevisiae souches) pour provoquer une infection invasive chez l'homme sans problèmes généraux d'immunité, [72] bien que cet effet indésirable soit très rare par rapport à Saccharomices boulardii administration thérapeutique. [74]

S. boulardii peut contaminer les cathéters intravasculaires par les mains du personnel médical impliqué dans l'administration de préparations probiotiques de S. boulardii aux malades. [72]

L'infection systémique survient généralement chez les patients dont l'immunité est compromise en raison d'une maladie grave (VIH/SIDA, leucémie, autres formes de cancer) ou de certaines procédures médicales (greffe de moelle osseuse, chirurgie abdominale). [67]

Un cas a été signalé lorsqu'un nodule a été excisé chirurgicalement d'un poumon d'un homme employé dans une entreprise de boulangerie, et l'examen du tissu a révélé la présence de Saccharomyces cerevisiae. L'inhalation de levure sèche en poudre est censée être la source d'infection dans ce cas. [75] [72]

Virulence de différentes souches Modifier

Toutes les souches de Saccharomyces cerevisiae sont tout aussi virulents envers les humains.La plupart des souches environnementales ne sont pas capables de croître à des températures supérieures à 35 °C (c'est-à-dire à des températures du corps vivant de l'homme et d'autres mammifères). Les souches virulentes, cependant, sont capables de croître au moins au-dessus de 37 °C et souvent jusqu'à 39 °C (rarement jusqu'à 42 °C). [69] Certaines souches industrielles sont également capables de croître au-dessus de 37 °C. [67] L'Autorité européenne de sécurité des aliments (depuis 2017) exige que tous S. cerevisiae les souches capables de croître au-dessus de 37 °C qui sont ajoutées à la chaîne alimentaire humaine ou animale sous une forme viable ne doivent, pour être qualifiées vraisemblablement sans danger, présenter aucune résistance aux médicaments antimycosiques utilisés pour le traitement des infections à levures. [76]

La capacité à pousser à des températures élevées est un facteur important pour la virulence de la souche, mais pas le seul. [69]


Les champignons endophytes comme nouvelle source de métabolites antirhumatoïdes

4 champignons supérieurs comme source d'anti-inflammatoire

Les champignons médicinaux (MM) peuvent être définis comme des champignons macroscopiques utilisés sous forme d'extraits ou de poudre pour la prévention, le soulagement ou la guérison de plusieurs maladies, et/ou pour équilibrer une alimentation saine. Il existe plus de 130 fonctions médicinales produites par les MM et les champignons. 53 Les champignons possèdent une teneur élevée en protéines (20 à 30 % de matière sèche) et tous les acides aminés essentiels sont présentés. Ils sont riches en chitine comme source de fibres alimentaires et ont une teneur élevée en vitamine B. Les champignons sont faibles en matières grasses totales mais avec une forte proportion d'acides gras insaturés, et n'ont pas de cholestérol. Ils ont été utilisés non seulement comme source de produits alimentaires délicieux et de substances aromatisantes, mais aussi comme ressources médicinales. Les propriétés médicinales des champignons ont été confirmées par une recherche intensive menée dans le monde entier. 54 Les champignons possèdent d'immenses biocomposants nutritionnels et médicinaux qui justifient leur utilisation dans le maintien de la santé publique mondiale. Il a été montré qu'ils constituent une riche source de composés bioactifs présentant des propriétés antitumorales, hypocholestérolémiantes, immunosuppressives, antioxydantes, antimicrobiennes et anti-inflammatoires. Ces composés sont des polysaccharides, des complexes (polysaccharide-protéine et polysaccharide-peptide), des ribonucléases, des protéases et des lectines.

D'autres composés de champignons d'intérêt thérapeutique sont les métabolites secondaires, en particulier certains composés de faible poids moléculaire tels que les lactones, les terpénoïdes et les alcaloïdes, les antibiotiques avec différents groupes chimiques et les agents chélateurs de métaux. 55,56 De nombreuses espèces de champignons sont utilisées en médecine traditionnelle, mais les suivantes sont les plus précieuses : Ganoderma lucidum, Lentinus edodes, Trametes versicolor, commune de Schizophyllum, Flammulina velutipes, Pleurotus ostreatus, Agaricus bisporus, A. brasiliensis, Matsutake de tricholome, Auricularia auricula, Grifola frondosa, Cordyceps sinensis, Coprinus comatus, Inonotus obliquus, Phellinus linteus, Laetiporus sulphureus, et Hericium erinaceus. Ces espèces et d'autres sont appelées « champignons médicinaux » en raison de leur longue histoire d'utilisation médicale. Les composés biologiquement actifs et les extraits de cette espèce présentent un large spectre d'activités pharmacologiques, 57-66


Contenu

Un noyau d'ergot, appelé un sclérote, se développe lorsqu'une spore d'espèces fongiques du genre Claviceps infecte un fleuron d'herbe ou de céréales en fleurs. Le processus d'infection imite un grain de pollen se développant dans un ovaire pendant la fécondation. L'infection nécessite que la spore fongique ait accès au stigmate par conséquent, les plantes infectées par Claviceps sont principalement des espèces allogames à fleurs ouvertes, comme le seigle (Secale céréales) et les ray-grass (genre Lolium). Le mycélium fongique proliférant détruit alors l'ovaire de la plante et se connecte avec le faisceau vasculaire initialement destiné à la nutrition des graines. Le premier stade de l'ergot se manifeste par un tissu mou blanc (appelé sphacélie) produisant du miellat sucré, qui tombe souvent des fleurs de graminées infectées. Ce miellat contient des millions de spores asexuées (conidies), que les insectes dispersent vers d'autres fleurons. Plus tard, la sphacélie se transforme en un sclérote dur et sec à l'intérieur de l'enveloppe de la fleur. A ce stade, les alcaloïdes et les lipides s'accumulent dans le sclérote.

Claviceps les espèces des régions tropicales et subtropicales produisent des macro- et microconidies dans leur miellat. Les macroconidies diffèrent par leur forme et leur taille entre les espèces, tandis que les microconidies sont plutôt uniformes, ovales à globuleuses (5×3μm). Les macroconidies sont capables de produire des conidies secondaires. Un tube germinatif émerge d'une macroconidie à travers la surface d'une goutte de miellat et une conidie secondaire de forme ovale à nacrée se forme, vers laquelle migre le contenu de la macroconidie d'origine. Les conidies secondaires forment une surface blanche ressemblant à du givre sur les gouttes de miellat et se propagent par le vent. Aucun processus de ce type ne se produit dans Claviceps purpurea, Claviceps grohii, Claviceps nigricans, et Claviceps zizaniae, tous originaires des régions tempérées du nord.

Lorsqu'un sclérote mature tombe au sol, le champignon reste en dormance jusqu'à ce que des conditions appropriées (comme le début du printemps ou une période de pluie) déclenchent sa phase de fructification. Il germe en formant une ou plusieurs fructifications avec des têtes et des stipes de couleurs variées (ressemblant à un petit champignon). Dans la tête, des spores sexuelles filiformes se forment, qui sont éjectées simultanément lorsque des graminées hôtes appropriées fleurissent. L'infection par l'ergot entraîne une réduction du rendement et de la qualité du grain et du foin, et si le bétail mange du grain ou du foin infecté, cela peut provoquer une maladie appelée ergotisme.

Sclérotes noirs et saillants de C. purpurea sont bien connus. Cependant, de nombreux ergots tropicaux ont des sclérotes bruns ou grisâtres, imitant la forme de la graine hôte. Pour cette raison, l'infection est souvent négligée.

Les insectes, y compris les mouches et les mites, transportent des conidies de Claviceps espèces, mais on ne sait pas si les insectes jouent un rôle dans la propagation du champignon des plantes infectées aux plantes saines. [7]

L'évolution du parasitisme des plantes chez les Clavicipitacées remonte à au moins 100 millions d'années, au début du Crétacé moyen. Un fossile d'ambre découvert en 2014 préserve un épillet d'herbe et un champignon parasite semblable à l'ergot. Le fossile montre que les hôtes originaux des Clavicipitaceae pourraient avoir été des graminées. La découverte établit également un temps minimum pour la présence concevable de composés psychotropes dans les champignons. [8] [9] Plusieurs processus évolutifs ont agi pour diversifier la gamme d'alcaloïdes de l'ergot produits par les champignons. Ces différences d'activités enzymatiques sont évidentes au niveau de la spécificité du substrat (LpsA), de la spécification du produit (EasA, CloA) ou des deux (EasG et éventuellement CloA). [10] La « vieille enzyme jaune », EasA, présente un exemple remarquable. Cette enzyme catalyse la réduction de la double liaison C8=C9 dans la chanoclavine I, mais les isoformes EasA diffèrent selon qu'elles catalysent par la suite la réoxydation de C8-C9 après rotation. [10] Cette différence distingue la plupart des Clavicipitaceae des Trichocomaceae, mais chez les Clavicipitaceae, c'est aussi la principale différence qui sépare la branche des alcaloïdes de l'ergot classiques des alcaloïdes dihydroergot, ces derniers étant souvent préférés pour les produits pharmaceutiques en raison de leurs effets secondaires relativement peu nombreux. [dix]

Le sclérote de l'ergot contient des concentrations élevées (jusqu'à 2 % de la masse sèche) de l'alcaloïde ergotamine, une molécule complexe constituée d'un cycle cyclol-lactame dérivé d'un tripeptide relié par une liaison amide à une fraction d'acide lysergique (ergoline), et d'autres alcaloïdes de le groupe ergoline biosynthétisé par le champignon. [11] Les alcaloïdes de l'ergot ont un large éventail d'activités biologiques, y compris des effets sur la circulation et la neurotransmission. [12]

Les alcaloïdes de l'ergot sont classés comme :

L'ergotisme est le nom donné à des syndromes pathologiques parfois graves affectant les humains ou d'autres animaux qui ont ingéré du matériel végétal contenant des alcaloïdes de l'ergot, tels que les grains contaminés par l'ergot. Les Frères Hospitaliers de Saint-Antoine, ordre de moines fondé en 1095, se spécialisaient dans le traitement des victimes d'ergotisme [14] avec des baumes contenant des extraits de plantes tranquillisantes et circulatoires. Le nom commun de l'ergotisme est « le feu de Saint-Antoine », [14] en référence à cet ordre de moines et aux fortes sensations de brûlure dans les membres qui en étaient l'un des symptômes. [15] Il existe deux types d'ergotisme, le premier se caractérise par des spasmes musculaires, de la fièvre et des hallucinations et les victimes peuvent sembler étourdies, être incapables de parler, devenir maniaques ou avoir d'autres formes de paralysie ou de tremblements, et souffrir d'hallucinations et d'autres perceptions déformées. [16] Ceci est causé par la stimulation sérotoninergique du système nerveux central par certains des alcaloïdes. [16] Le deuxième type d'ergotisme est marqué par des brûlures violentes, l'absence de pouls périphériques et des douleurs lancinantes des organes distaux mal vascularisés, tels que les doigts et les orteils, [16] et sont causés par les effets des alcaloïdes de l'ergot sur le système vasculaire en raison des à une vasoconstriction, entraînant parfois une gangrène et une perte de membres en raison d'une circulation sanguine sévèrement restreinte.

Les activités neurotropes des alcaloïdes de l'ergot de seigle peuvent également provoquer des hallucinations et un comportement irrationnel, des convulsions et même la mort. [11] [12] D'autres symptômes incluent de fortes contractions utérines, des nausées, des convulsions, une forte fièvre, des vomissements, une perte de force musculaire et une perte de conscience. Depuis le Moyen Âge, des doses contrôlées d'ergot ont été utilisées pour provoquer des avortements et pour arrêter les saignements maternels après l'accouchement. [17] Klotz offre un aperçu détaillé des toxicités dans le bétail mammifère, en déclarant que les activités sont attribuables à l'antagonisme ou à l'agonisme des neurotransmetteurs, y compris la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. De plus, il partage que le blocage adrénergique par les ergopeptines (p. gangrène sèche et même perte de sabots chez les bovins ou de membres chez l'homme. La réduction de la prolactine due à l'activité des alcaloïdes de l'ergot sur les récepteurs de la dopamine dans l'hypophyse est également courante chez le bétail. Une diminution de la prolactine sérique est associée à divers problèmes de reproduction chez les bovins, et en particulier chez les chevaux, notamment l'agalactie et une mauvaise conception, et des pertes tardives de poulains et parfois de juments dues à une dystocie et à un épaississement placentaire. [10] Bien que des symptômes gangrenés et convulsifs soient observés dans l'ergotisme naturel résultant de l'ingestion de seigle infecté par des champignons, seul l'ergotisme gangrené a été signalé à la suite d'une ingestion excessive de tartrate d'ergotamine. [18] L'extrait d'ergot a été utilisé dans des préparations pharmaceutiques, y compris les alcaloïdes de l'ergot de seigle dans des produits tels que Cafergot (contenant de la caféine et de l'ergotamine [17] ou de l'ergoline) pour traiter les migraines, et l'ergométrine, utilisée pour induire des contractions utérines et pour contrôler les saignements après l'accouchement . [19] L'ergotisme clinique tel qu'on le voit aujourd'hui résulte presque exclusivement de la consommation excessive de tartrate d'ergotamine dans le traitement de la migraine. [18]

En plus des alcaloïdes de l'ergot, Claviceps paspali produit également des tremorgens (paspalitrem) causant des "paspalum chancelants" chez les bovins. [20] Les champignons des genres Pénicillium et Aspergillus produisent également des alcaloïdes de l'ergot, notamment certains isolats du pathogène humain Aspergillus fumigatus, [21] et ont été isolés de plantes de la famille des Convolvulaceae, dont la gloire du matin est la plus connue. Les agents responsables de la plupart des intoxications à l'ergot de seigle sont la classe des alcaloïdes de l'ergot de seigle de métabolites fongiques, bien que certains champignons de l'ergot produisent des alcaloïdes indole-diterpènes éloignés qui sont trémorgéniques. [dix]

L'ergot ne contient pas de diéthylamide d'acide lysergique (LSD) mais contient à la place de l'acide lysergique ainsi que son précurseur, [22] l'ergotamine. L'acide lysergique est un précurseur de la synthèse du LSD. Leurs utilisations médicinales réelles et hypothétiques ont encouragé des recherches intensives depuis les années 1950, culminant d'une part dans le développement de drogues à la fois légales (par exemple, la bromocriptine) et illégales (par exemple, l'acide lysergique diéthylamide = LSD), et d'autre part dans une connaissance approfondie de les enzymes, la génétique et la diversité des voies de biosynthèse des alcaloïdes de l'ergot. [dix]

Le numéro du 4 janvier 2007 du Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre comprend un article qui documente une étude britannique de plus de 11 000 patients atteints de la maladie de Parkinson. L'étude a révélé que deux médicaments dérivés de l'ergot, le pergolide et la cabergoline, couramment utilisés pour traiter la maladie de Parkinson, peuvent augmenter le risque de fuites de valves cardiaques jusqu'à 700 %. [23]

L'ergotisme est le premier exemple enregistré de mycotoxicose, ou empoisonnement causé par des moisissures toxiques. [24] Les premières références à l'empoisonnement à l'ergot (ergotisme) remontent à 600 av. [25] En 350 av. [25] Dans la Syrie antique, l'ergot était appelé « fille de sang ». [26] Radulf Glaber a décrit une maladie qu'il a appelée « feu caché » ou ignus ocultus, dans laquelle une brûlure du membre est suivie de sa séparation du corps, consumant souvent la victime en une nuit. [26] En 1588, Johannes Thallius écrivait qu'elle s'appelait « Mère du seigle », ou rockenmutter, et est utilisé pour arrêter le saignement. [26]

Les intoxications humaines dues à la consommation de pain de seigle à base de céréales infectées par l'ergot étaient courantes en Europe au Moyen Âge. La première mention d'un fléau d'ergotisme gangrené en Europe vient d'Allemagne en 857, à la suite de quoi la France et la Scandinavie ont connu des épidémies similaires [27] L'Angleterre est sensiblement absente des régions historiques touchées par l'ergotisme car leur principale source de nourriture était le blé, qui est résistant aux champignons de l'ergot. [26] En 944, une épidémie massive d'ergotisme fait 40 000 morts dans les régions d'Aquitaine, du Limousin, du Périgord et de l'Angoumois en France. [24] En Hesse en 1596, Wendelin Thelius fut l'un des premiers à attribuer aux céréales un empoisonnement par l'ergotisme. [27] En 1778, S. Tessier, observant une énorme épidémie en Sologne, en France, dans laquelle plus de 8 000 personnes sont mortes, a recommandé le drainage des champs, le nettoyage obligatoire des céréales et la substitution des pommes de terre aux céréales affectées. [27]

Le feu de Saint Antoine et les Antonites Modifier

En 1722, le tsar russe Pierre le Grand est contrecarré dans sa campagne contre l'Empire ottoman alors que son armée, descendant la steppe de Terek, est frappée par l'ergotisme et est contrainte de battre en retraite pour trouver des céréales comestibles. Une entrée de journal de l'époque décrit que dès que les gens ont mangé le pain empoisonné, ils ont eu des vertiges, avec des contractions nerveuses si fortes que ceux qui ne sont pas morts le premier jour ont vu leurs mains et leurs pieds tomber, comme des gelures. [28] L'épidémie était connue sous le nom d'incendie de Saint Antoine, [14] ou ignis sacer, et certains événements historiques, tels que la Grande Peur en France pendant la Révolution française, ont été liés à l'empoisonnement à l'ergot. [29] Saint Antoine était un ascète égyptien du IIIe siècle qui vivait au bord de la mer Rouge et était connu pour un long jeûne au cours duquel il était confronté à de terribles visions et tentations envoyées par le diable. [27] Il a été crédité par deux nobles pour les avoir aidés à se rétablir de la maladie, ils ont ensuite fondé l'Ordre de Saint-Antoine en l'honneur de lui. [26] Anthony était un sujet d'art populaire au Moyen Âge et son symbole est un grand "T" bleu cousu sur l'épaule des moines de l'ordre, symbolisant la béquille utilisée par les malades et les blessés. [30]

L'Ordre de Saint-Antoine, également connu sous le nom d'Antonites, s'est rapidement développé et les hôpitaux se sont répandus en France, en Allemagne et en Scandinavie. [26] À la fin du Moyen Âge, il y avait 396 colonies et 372 hôpitaux appartenant à l'ordre [30] et les pèlerinages dans ces hôpitaux sont devenus populaires ainsi que le don de membres perdus à cause de l'ergotisme, qui ont été affichés près des sanctuaires au Saint. [26] Ces centres hagiothérapeutiques étaient les premiers systèmes de protection médicale européens spécialisés et les frères de l'ordre connaissaient le traitement de l'ergotisme et les effets horribles du poison. [30] Les malades recevraient des repas sans ergot, des vins contenant des herbes vasodilatatrices et analgésiques, et des applications d'Antonites-baume, qui était le premier système thérapeutique transdermique (TTS) dans l'histoire médicale. [25] Leurs recettes médicales ont été perdues avec le temps, bien que certains traitements enregistrés restent encore. [30] Après 1130 après JC, les moines n'étaient plus autorisés à effectuer des opérations et donc des chirurgiens barbiers ont été employés pour enlever les membres gangrenés et traiter les plaies ouvertes. [30] Trois barbiers ont fondé un hôpital à Memmingen en 1214 et ont accepté ceux qui étaient atteints de la forme gangreneuse de l'ergotisme. Les patients étaient nourris et logés avec les personnes les plus valides agissant comme aides-soignants et aides-soignants. Patients atteints de la forme convulsive de l'ergotisme, ou ergotismus convulsivus, n'ont été accueillis que neuf jours avant de leur demander de partir, l'ergotisme convulsif étant perçu comme moins préjudiciable. Bien que les malades aient souvent subi des effets irréversibles, ils sont le plus souvent retournés dans leurs familles et ont repris leurs moyens de subsistance. [30]

Un aspect important des pratiques de traitement de l'Ordre de Saint-Antoine était l'exclusion du pain de seigle et d'autres aliments contenant de l'ergot, ce qui a stoppé la progression de l'ergotisme. [26] Il n'y avait aucun remède connu pour l'ergotisme lui-même, mais il y avait un traitement des symptômes, qui comprenaient souvent une constriction sanguine, des troubles nerveux et/ou des hallucinations si le patient survivait à l'empoisonnement initial, ses membres tombaient souvent et il ou son état de santé continuerait à s'améliorer s'ils arrêtaient la consommation d'ergot. [27] Le tronc du corps est resté relativement épargné par la maladie jusqu'à son stade final et les victimes, ne comprenant pas la cause de leur maladie, continuaient à s'imbiber d'aliments chargés d'ergot pendant des semaines jusqu'à ce que la maladie atteigne leur système digestif. [30] On pense que la paysannerie et les enfants étaient les plus sensibles à l'ergotisme, bien que les riches en aient également souffert, car parfois des villages entiers dépendaient de cultures contaminées pour leur subsistance et pendant les périodes de famine, l'ergotisme atteignait chaque maison. [25] Le champignon de l'ergot est imperméable à la chaleur et à l'eau, il était donc le plus souvent cuit dans du pain avec de la farine de seigle, bien que d'autres herbes puissent être infectées, il était rare dans l'Europe médiévale de consommer des herbes autres que le seigle. [26] Les effets physiologiques de l'ergot dépendaient de la concentration et des combinaisons des métabolites ingérés de l'ergot, ainsi que de l'âge et de l'état nutritionnel de l'individu atteint. [28] Les Antonites ont commencé à décliner après que les médecins eurent découvert la genèse de l'ergotisme et recommandé des méthodes pour éliminer le sclérote des récoltes de seigle.En 1776, les cloîtres des Antonites ont été incorporés dans les Chevaliers Hospitaliers maltais, perdant une grande partie de leurs antécédents médicaux dans le processus et perdant les remèdes et les recettes d'ergotisme en raison du manque d'utilisation et du manque de conservation. [30]

Utilisation en gynécologie et obstétrique Modifier

Les sages-femmes et très peu de médecins en Europe utilisent des extraits d'ergot depuis des siècles :

  1. Dans un manuscrit de Nuremberg de 1474, de l'ergot en poudre était prescrit avec des fruits de laurier et des rhizomes de phoque de Salomon pour guérir le »permutter« ou »heffmutter«, c'est-à-dire la douleur dans le bas-ventre causée par le »soulèvement de l'utérus« [31]
  2. Dans un livre imprimé de 1582, le médecin allemand Adam Lonicer a écrit que trois sclérotes d'ergot, utilisés plusieurs fois par jour, étaient utilisés par les sages-femmes comme un bon remède en cas de "soulèvement et de douleur de l'utérus" ("auffſteigen vnd wehethumb der mutter") [32] écrivait en 1586, que les sclérotes d'ergot retenus sous la langue, arrêteraient de saigner [33]

Pour prouver que l'ergot est une sorte de grain inoffensif, le pharmacien français Antoine-Augustin Parmentier édita en 1774 une lettre qu'il avait reçue de Madame Dupile, sage-femme de Chaumont-en-Vexin. Elle lui avait dit que si les contractions utérines étaient trop faibles au stade de l'expulsion de l'accouchement, elle et sa mère donnaient de l'ergot épluché en une quantité du remplissage d'un dé à coudre dissous dans de l'eau, du vin ou du bouillon. L'administration d'ergot a été suivie d'un léger accouchement dans les 15 minutes. [34] Le médecin français Jean-Baptiste Desgranges (1751-1831) a publié en 1818, qu'en 1777 il avait rencontré des sages-femmes à Lyon, qui ont traité avec succès les contractions utérines faibles en administrant la poudre d'ergot. Desgranges a intégré ce remède dans son arsenal thérapeutique. De 1777 à 1804, il réussit à soulager l'accouchement de plus de vingt femmes par l'administration de poudre d'ergot. Il n'a jamais vu aucun effet secondaire de ce traitement. [35]

En 1807, le Dr John Stearns du comté de Saratoga écrivit à un ami, qu'il avait utilisé pendant plusieurs années un »pulvis parturiens« avec un succès complet chez des patientes présentant une «parturition prolongée». Ce "pulvis parturiens" était composé d'ergot, qu'il appelait un "faux bouillie de seigle". Il fit bouillir « une demi-drachme » (environ 2 g) de cette poudre dans une demi-pinte d'eau et en donna un tiers toutes les vingt minutes, jusqu'à ce que les douleurs commencent. [36] En 1813, le Dr Oliver Prescott (1762-1827) de Newburyport a publié une thèse "sur l'histoire naturelle et les effets médicaux du secale cornutum", dans laquelle il décrivait et analysait l'expérience qu'il avait accumulée pendant cinq ans en utilisant l'ergot. en cas de mauvaise action utérine au deuxième stade du travail lors de l'accouchement. [37]

Le 1836 Dispensaire des États-Unis recommandé »à une femme en travail quinze ou vingt grains [ca. 1 à 1,3 g] d'ergot en poudre à répéter toutes les vingt minutes, jusqu'à ce que ses effets particuliers soient ressentis, ou jusqu'à la quantité d'un drachme [ca. 3,9g] a été prise«. [38]

En 1837, les Français Pharmacopée française du Codex l'ergot de seigle devait être conservé dans toutes les pharmacies. [39]

Des preuves faibles à très faibles issues d'essais cliniques suggèrent que l'utilisation prophylactique d'alcaloïdes de l'ergot de seigle, administrés par voie intraveineuse (IV) ou intramusculaire (IM) au troisième stade du travail, peut réduire la perte de sang et peut réduire le risque d'hémorragie modérée à sévère après l'accouchement , cependant, ce médicament peut également être associé à une pression artérielle plus élevée et à une douleur plus élevée. [40] Il n'est pas clair que les alcaloïdes ergo oraux soient bénéfiques ou nocifs car ils n'ont pas été bien étudiés. [40] Une revue systématique Cochrane de 2018 a conclu que d'autres médicaments tels que l'ocytocine, la syntométrine et les prostaglandines peuvent être préférés aux alcaloïdes de l'ergot de seigle. [40]

Bien que l'ergot soit connu pour provoquer des avortements chez les bovins et les humains, ce n'était pas une utilisation reconnue car l'avortement était illégal dans la plupart des pays, donc les preuves de son utilisation dans l'avortement sont inconnues. [24] Le plus souvent, l'ergot a été utilisé pour accélérer le processus de parturition ou d'accouchement et n'a pas été utilisé dans le but d'arrêter les saignements post-partum, ce qui est un problème lors de l'accouchement. [27] Cependant, jusqu'à ce que l'anesthésie soit disponible, il n'y avait pas d'antidote ou de moyen de contrôler les effets de l'ergot. Donc, si le fœtus ne bougeait pas comme prévu, le médicament pourrait faire en sorte que l'utérus se moule autour de l'enfant, rompant l'utérus et tuant l'enfant. David Hosack, un médecin américain, a noté le grand nombre de mortinaissances résultant de la consommation d'ergot et a déclaré qu'au lieu de pulvis ad partum, il faut l'appeler pulvis ad mortem. [27] Il a commencé à préconiser son utilisation pour arrêter les saignements post-partum. Finalement, les médecins ont déterminé que l'utilisation de l'ergot pendant l'accouchement sans antidote était trop dangereuse. Ils ont finalement limité son utilisation à l'expulsion du placenta ou à l'arrêt de l'hémorragie. Non seulement il rétrécissait l'utérus, mais l'ergot avait la capacité d'augmenter ou de diminuer la tension artérielle, d'induire une hypothermie et des vomissements et d'influencer les sécrétions d'hormones hypophysaires. [24] En 1926, le psychiatre suisse Hans Maier a suggéré d'utiliser l'ergotamine pour le traitement des maux de tête vasculaires de type migraine. [16]

Dans les années 1930, des médicaments abortifs étaient commercialisés auprès des femmes par diverses sociétés sous divers noms tels que les pilules Molex et les pilules Cote. Étant donné que les dispositifs de contrôle des naissances et les abortifs étaient illégaux à commercialiser et à vendre à l'époque, ils ont été proposés aux femmes qui ont été « retardées ». La posologie recommandée était de sept grains d'ergotin par jour. Selon la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis [41], ces pilules contenaient de l'ergotine, de l'aloès, de l'hellébore noir et d'autres substances. L'efficacité et l'innocuité de ces pilules sont inconnues. La FTC les a jugés dangereux et inefficaces et a exigé qu'ils cessent et s'abstiennent de vendre le produit. Actuellement, plus d'un millier de composés ont été dérivés d'ingrédients de l'ergot. [16]

Cause supposée d'hystériques et d'hallucinations Modifier

Il a été avancé que Kykeon, la boisson consommée par les participants à l'ancien culte grec des Mystères d'Eleusis, aurait pu être basée sur des hallucinogènes de l'ergotamine, un précurseur du puissant hallucinogène diéthylamide de l'acide lysergique (LSD) et de l'ergonovine. [42] [16] [43]

Un article paru dans l'édition du 23 juillet 1881 de Scientific American intitulé "A New Exhilarating Substance" dénote des cas d'euphorie lors de la consommation de teinture d'ergot de seigle, en particulier lorsqu'elle est mélangée avec du phosphate de soude et de l'eau sucrée. Les années pluvieuses, on pensait que le pain de seigle dépassait 5 % d'ergot. [44]

L'auteur britannique John Grigsby soutient que la présence d'ergot dans l'estomac de certains des « corps des tourbières » (restes humains de l'âge du fer provenant des tourbières du nord-est de l'Europe, comme l'homme de Tollund) est révélatrice de l'utilisation de Claviceps purpurea dans les boissons rituelles dans un culte de la fertilité préhistorique apparenté aux Mystères grecs d'Eleusis. Dans son livre de 2005 Beowulf et Grendel, il soutient que le poème anglo-saxon Beowulf est basé sur un souvenir de la répression de ce culte de la fertilité par les adeptes d'Odin. Il écrit que Beowulf, qu'il traduit par loup d'orge, suggère un lien avec l'ergot qui, en allemand, était connu sous le nom de « dent du loup ». [45]

Linnda R. Caporael a postulé en 1976 que les symptômes hystériques des jeunes femmes qui avaient stimulé les procès des sorcières de Salem avaient été le résultat de la consommation de seigle contaminé par l'ergot. [46] Cependant, Nicholas P. Spanos et Jack Gottlieb, après un examen des preuves historiques et médicales, ont plus tard contesté ses conclusions. [47] D'autres auteurs ont également mis en doute l'ergotisme comme cause des procès des sorcières de Salem. [48]

L'humanité a connu Claviceps purpurea depuis longtemps, et son apparition est liée à des hivers extrêmement froids suivis d'étés pluvieux. [ citation requise ]

Le stade sclérotique de C. purpurea bien visible sur les têtes de seigle et d'autres grains de ce type est connue sous le nom d'ergot. Les températures favorables à la croissance se situent entre 18 et 30 °C. Des températures supérieures à 37 °C provoquent une germination rapide des conidies. [ citation requise ] La lumière du soleil a un effet chromogène sur le mycélium, avec une coloration intense. [ citation requise ] Les purées de céréales et le seigle germé sont des substrats appropriés pour la croissance du champignon en laboratoire. [ citation requise ]

Claviceps africain infecte le sorgho. Dans le sorgho et le mil, l'ergot est devenu un problème lorsque les producteurs ont adopté la technologie hybride, qui a augmenté la sensibilité de l'hôte. [16] Il n'infecte que les ovaires non fécondés, donc l'autofécondation et la fécondation peuvent diminuer la présence de la maladie, mais les lignées mâles stériles sont extrêmement vulnérables à l'infection. [ citation requise ] Symptômes d'infection par C. africana comprennent la sécrétion de miellat (un liquide à haute teneur en sucre et en conidies), qui attire les insectes comme les mouches, les coléoptères et les guêpes qui s'en nourrissent. Cela aide à propager le champignon aux plantes non infectées.

Dans le sorgho, ce miellat peut être repéré en sortant des fleurs capitulaires. Une substance collante blanchâtre peut également être observée sur les feuilles et sur le sol. [49]

C. africana a causé la maladie de l'ergot qui a provoqué une famine en 1903-1906 dans le nord du Cameroun, en Afrique de l'Ouest, et se produit également en Afrique orientale et australe, en particulier au Zimbabwe et en Afrique du Sud. Les sorghos mâles stériles (également appelés lignées A) sont particulièrement sensibles à l'infection, comme cela a été reconnu pour la première fois dans les années 1960, et des pertes massives de rendement en graines ont été notées. L'infection est associée à des températures nocturnes froides inférieures à 12 °C survenant deux à trois semaines avant la floraison. [ citation requise ]

L'ergot de sorgho causé par Claviceps africain Frederickson, Mantle et De Milliano est répandu dans toutes les zones de culture du sorgho, alors que l'espèce était autrefois limitée à l'Afrique et à l'Asie où elle a été signalée pour la première fois il y a plus de 90 ans, elle s'est propagée rapidement et au milieu des années 1990, elle a atteint le Brésil, Afrique du Sud et Australie. En 1997, la maladie s'était propagée à la plupart des pays d'Amérique du Sud et des Caraïbes, y compris le Mexique, et en 1997 avait atteint le Texas aux États-Unis. [16]

Gestion Modifier

Les partenaires du programme dirigé par CABI, Plantwise, y compris le ministère de l'Agriculture et de l'Élevage de Zambie, ont plusieurs recommandations pour gérer la propagation de l'ergot, notamment la plantation de variétés tolérantes, des champs de disques après la récolte pour empêcher le plantes infectées et effectuer des rotations de cultures de 3 ans avec des légumineuses. [49]

Claviceps paspali infecte les graminées sauvages et pourrait être trouvé sur l'herbe commune Paspalum. Comme le C. africana, C. paspali sécrète également du miellat qui est consommé par les abeilles. Les abeilles créent ensuite un miel appelé fic'e (langue indienne paraguayenne Makai), qui est infusé avec les sécrétions des plantes et a un arôme piquant. S'il est consommé en grande quantité, le miel peut provoquer l'ivresse, des étourdissements et même la mort. [50]

Cet article incorpore le texte d'un travail de contenu gratuit. Sous licence CC-BY-SA Déclaration de licence/autorisation sur Wikimedia Commons. Texte extrait de PMDG : Maladie du sucre de l'ergot du sorgho, Chanda Bwalya, CABI. Pour savoir comment ajouter du texte de licence ouverte aux articles de Wikipédia, veuillez consulter cette page de procédures. Pour plus d'informations sur la réutilisation du texte de Wikipédia, veuillez consulter les conditions d'utilisation.


Photosynthèse, respiration cellulaire et fermentation

Vous avez déjà un peu appris sur la photosynthèse grâce à notre étude des cellules végétales. Vous avez appris que la photosynthèse se produit dans les chloroplastes que l'on ne trouve que dans les cellules végétales. Pensons à ce que vous avez déjà appris d'autre.

Vous avez déjà appris qu'il existe deux types d'organismes de base en matière d'alimentation : les producteurs et les consommateurs. Les producteurs peuvent faire leur propre nourriture. Les consommateurs obtiennent la nourriture dont ils ont besoin en mangeant d'autres organismes. Vous avez appris que seules les plantes sont productrices, et qu'elles fabriquent leur propre nourriture en combinant l'eau (H2O), dioxyde de carbone (CO2) et l'énergie du soleil pour produire du sucre (C6H12O6) et l'oxygène (O2). Ce processus, vous l'avez appris, s'appelle la photosynthèse. Dans le processus de fabrication du sucre, les cellules végétales bloquent également une partie de l'énergie qu'elles ont collectée à partir de la lumière du soleil dans la molécule de sucre.

D'accord génial. Alors, comment les cellules (rappelez-vous que les cellules végétales et animales ont besoin d'énergie et qu'aucune ne peut utiliser directement l'énergie fournie par le soleil) tirent-elles de l'énergie de la molécule de sucre ? Ils le font avec un processus appelé respiration cellulaire. Dans la respiration cellulaire, les cellules utilisent l'oxygène pour briser la molécule de sucre. Cela libère l'énergie qui est ensuite transférée à une molécule d'ATP (adénosine triphosphate). L'ATP est le carburant dont les cellules ont besoin pour produire de l'énergie. Et où se passe la respiration cellulaire ? Comme vous l'avez appris, cela se produit dans ces mitochondries pratiques.

Alors vraiment, vous connaissez déjà toutes les bases. Il y a juste quelques détails que vous devez apprendre, et ils sont couverts dans la section 1 du chapitre 5 de votre manuel et, bien sûr, ici. Commençons par la photosynthèse

Photosynthèse

Si vous examiniez des cellules végétales au microscope et que vous les compariez à des cellules animales, vous remarqueriez immédiatement deux choses. Tout d'abord, vous remarquerez la paroi cellulaire qui entoure la cellule végétale. Vous le remarquerez de la même manière que Robert Hooke l'a remarqué. La deuxième chose que vous remarquerez est qu'une cellule végétale est verte et une cellule animale est fondamentalement claire. Si vous regardiez une cellule végétale relativement grande et que vous utilisiez un microscope comme ceux que nous avons à l'école, vous remarqueriez que toute la cellule végétale n'est pas verte. Au lieu de cela, vous remarquerez qu'il y avait de gros objets verts à l'intérieur de la cellule végétale. Ces gros objets verts, bien sûr, sont des chloroplastes. Et la raison pour laquelle ils sont verts est qu'ils contiennent un pigment vert appelé chlorophylle.

Regardez cette illustration de votre livre :

Avez-vous remarqué à quel point la formule chimique qui définit la photosynthèse est un peu différente de la façon dont vous l'avez apprise à l'origine ? Au lieu de CO2 + H2O + lumière il montre 6CO2 + 6H2O + lumière. C'est parce que les équations chimiques, tout comme les équations mathématiques, doivent être équilibrées. La formule originale prend un atome de carbone (c'est le nombre d'atomes de carbone dans le CO2), 2 atomes d'hydrogène (c'est le nombre d'atomes d'hydrogène dans H2O), et 3 atomes d'oxygène (2 qui sont en CO2 et celui qui est en H2O) et le transforme en glucose (qui contient 6 atomes de carbone, 12 atomes d'hydrogène et 6 atomes d'oxygène) et une molécule d'oxygène (O2, qui contient 2 atomes d'oxygène). Cela ne colle pas ! Vous ne pouvez pas transformer par magie 1 atome de carbone du CO2 en 6 atomes de carbone en C6H12O6. Mais si vous faites le calcul avec la formule de l'illustration ci-dessus, vous verrez que le nombre d'atomes de carbone, d'oxygène et d'hydrogène des deux côtés de l'équation est correct. Vous vous entraînerez beaucoup plus à équilibrer les équations chimiques lorsque vous étudierez la chimie en science de 8e année.

Respiration cellulaire

Il est tentant de considérer la respiration cellulaire comme le contraire de la photosynthèse. Si vous regardez l'illustration de notre livre, ci-dessous, vous verrez pourquoi :

Voyez-vous comment la formule chimique de la respiration cellulaire est l'inverse de la formule chimique de la photosynthèse ? La seule vraie différence est que dans l'un, l'énergie est la lumière du soleil et dans le second, l'énergie est la molécule d'ATP. C'est ce renversement qui fait que beaucoup de gens pensent que la photosynthèse et la respiration cellulaire sont opposées. Ils ne sont pas! Au contraire, ils sont complémentaires les uns des autres. Sans photosynthèse, il n'y aurait pas de sucre, sans lequel il n'y aurait pas de respiration cellulaire. D'autre part, la respiration cellulaire produit le H2O et CO2 nécessaires à la photosynthèse. Il est très important pour vous de vous rappeler que la respiration cellulaire des cellules eucaryotes a lieu dans les mitochondries. Les cellules animales et les cellules végétales dépendent de la respiration cellulaire pour leurs besoins énergétiques, car les cellules animales et les cellules végétales ont besoin d'ATP. Les cellules végétales peuvent utiliser l'énergie du soleil pour fabriquer du sucre, mais elles ne peuvent pas utiliser l'énergie du soleil comme carburant. Ils ont besoin d'ATP de la même manière que les cellules animales, et l'ATP ne peut être formé que par la respiration cellulaire. L'illustration ci-dessous de votre livre montre comment la photosynthèse et la respiration cellulaire se complètent.

Voyez-vous ce que je n'aime pas dans cette illustration ? Cette illustration montre-t-elle clairement que les cellules végétales possèdent également des mitochondries ? Pas assez clair à mon avis ! Alors souviens-toi! Les cellules végétales ont aussi des mitochondries !

Fermentation

Que se passe-t-il lorsqu'il n'y a pas assez d'oxygène pour maintenir la réaction de respiration cellulaire en vie ? Votre livre donne l'impression que la réponse est très simple. Commençons par la réponse simple dans votre livre. S'il n'y a pas assez d'oxygène pour que les cellules effectuent la respiration cellulaire, elles ont recours à une autre méthode de production d'énergie appelée fermentation. Ils décomposent toujours la molécule de sucre pour libérer l'énergie afin qu'elle puisse être transférée à une molécule d'ATP, mais ils le font sans oxygène. Dans la respiration cellulaire, le CO2 et H2O sont produits avec l'énergie. En fermentation, le CO2 et quelque chose appelé acide lactique sont produits. Tout comme votre livre l'explique, vous avez probablement fait l'expérience de la fermentation vous-même lorsque vous avez dû parcourir le kilomètre du mercredi et vous vous êtes vraiment efforcé d'obtenir une bonne note. Vous connaissez cette sensation de brûlure ou de picotement que vous ressentez dans vos muscles lorsque vous vous poussez en courant ? Cela est causé par une accumulation d'acide lactique dans vos muscles. Peu importe à quel point vos poumons et votre cœur travaillent pour acheminer l'oxygène aux cellules des muscles de vos jambes, ils n'en reçoivent toujours pas assez pour produire toute l'énergie dont ils ont besoin par la respiration cellulaire. Ainsi, ils sont obligés de passer à la fermentation et de l'acide lactique est produit.

Certains organismes tirent tous leurs besoins énergétiques de la fermentation. Un exemple courant est la levure. Ouais. Ce même truc que vous déposez dans la machine à pain. Vous auriez dû remarquer qu'il y avait beaucoup de bulles dans les tubes contenant la levure et l'eau sucrée de notre classe. Vous avez déjà vu en classe des cellules de levure vivantes que j'ai projetées d'un microscope à l'écran. Quelques classes ont eu de la chance et ont pu voir des cellules de levure en train de se reproduire. Je sais que vous allez être heureux d'entendre ceci : les cellules de levure se reproduisent par bourgeonnement ! Juste au moment où vous pensiez qu'il était prudent d'oublier le bourgeonnement et la douleur qu'il vous a causée lors des tests précédents, il est de retour !

Alors, comment la levure fait-elle lever le pain ? C'est assez simple, vraiment. Le pain est fait principalement de farine. Vous savez probablement déjà que le pain est composé de « glucides », ou de glucides. Vous souvenez-vous de ce que sont les glucides? C'est vrai, ce ne sont que de longues chaînes de molécules de sucre. La levure utilise ces molécules de sucre pour obtenir l'énergie dont elle a besoin et, ce faisant, elle crée du CO2. Ce CO2 fait des bulles à l'intérieur de la pâte à pain, et ces bulles font grossir ou gonfler la pâte.

Il existe une autre façon dont la fermentation causée par la levure est importante. Le jus de raisin contient également beaucoup de sucre. Lorsque la levure est ajoutée au jus de raisin, elle utilise le sucre pour produire de l'énergie. Oui, il produit du CO2, mais il produit aussi de l'alcool. C'est ainsi que le jus de raisin se transforme en vin !

La connexion au réchauffement climatique

Vous vous souvenez d'Une vérité qui dérange, le film documentaire d'Al Gore ? L'une des scènes du film montrait la terre la nuit photographiée depuis l'espace. Le vice-président Gore a déclaré que les grandes zones rouges étaient des forêts en feu. Il y a beaucoup d'incendies de forêt naturels, mais les humains ont aussi délibérément incendié les forêts. Au Brésil, par exemple, des parties de la forêt tropicale sont brûlées pour créer plus de terres pour les cultures et le logement. Pensez à ce que cela signifie pour le réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique est causé par une trop grande quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Le dioxyde de carbone agit comme une couverture. Lorsque la lumière du soleil frappe la terre, elle ne peut pas rayonner dans l'espace à cause du dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère. Ainsi, la terre devient plus chaude.

Brûler les forêts est un double coup dur. Premièrement, abattre des arbres signifie qu'ils ne sont plus là pour convertir le dioxyde de carbone en sucre et en oxygène. Deuxièmement, lorsque nous brûlons les arbres, nous libérons tout le dioxyde de carbone qu'ils ont collecté. Lorsque les mitochondries combinent du glucose avec de l'oxygène pour produire de l'énergie, elles "brûlent" le sucre par un processus appelé oxydation. Il existe de nombreux exemples d'oxydation dans la vie réelle. Quand un ongle rouille, c'est de l'oxydation. Et, bien sûr, quand quelque chose brûle, c'est aussi de l'oxydation. La seule différence entre la rouille, la combustion et la façon dont les mitochondries libèrent l'énergie d'une molécule de glucose est la vitesse de la réaction. La rouille est une oxydation très lente et la combustion est une oxydation très rapide. Donc, brûler le sucre dans les arbres n'est qu'une version très rapide de ce que font les mitochondries : le sucre libère du dioxyde de carbone et de l'énergie sous forme de chaleur. Certains arbres sont vivants depuis des centaines voire des milliers d'années ! Ainsi, lorsque nous les brûlons, nous libérons des centaines ou des milliers d'années de dioxyde de carbone "capturé".

C'est tout, les gars. Si vous vous souvenez de la formule chimique de la photosynthèse et de la respiration cellulaire, si vous pouvez expliquer comment les deux processus se complètent, et si vous pouvez expliquer ce qui se passe lorsqu'il n'y a pas assez d'oxygène pour la respiration cellulaire, alors vous avez appris ce que vous besoin d'avoir appris.

Ces vidéos vous aideront à comprendre la photosynthèse et la respiration cellulaire. N'ayez pas peur du vocabulaire scientifique compliqué ! Vous comprendrez plus que vous ne le pensez si vous vous arrêtez de temps en temps et essayez de faire le lien entre ce qui se passe dans la vidéo et ce que vous avez déjà appris.


Que se passe-t-il lors d'un test de culture fongique ?

Les champignons peuvent apparaître à différents endroits du corps. Des tests de culture fongique sont effectués là où des champignons sont susceptibles d'être présents. Les types les plus courants de tests fongiques et leurs utilisations sont énumérés ci-dessous.

Grattage de la peau ou des ongles

  • Utilisé pour diagnostiquer les infections superficielles de la peau ou des ongles
  • Procédure de test:
    • Votre fournisseur de soins de santé utilisera un outil spécial pour prélever un petit échantillon de votre peau ou de vos ongles
    • Utilisé pour diagnostiquer les infections à levures dans la bouche ou le vagin. Il peut également être utilisé pour diagnostiquer certaines infections cutanées.
    • Procédure de test:
      • Votre fournisseur de soins de santé utilisera un écouvillon spécial pour prélever des tissus ou des liquides de la bouche, du vagin ou d'une plaie ouverte
      • Utilisé pour détecter la présence de champignons dans le sang. Des tests sanguins sont souvent utilisés pour diagnostiquer des infections fongiques plus graves.
      • Procédure de test:
        • Un professionnel de la santé aura besoin d'un échantillon de sang. L'échantillon est le plus souvent prélevé dans une veine de votre bras.
        • Utilisé pour diagnostiquer des infections plus graves et parfois pour aider à diagnostiquer une infection vaginale à levures
        • Procédure de test:
          • Vous fournirez un échantillon stérile d'urine dans un récipient, selon les instructions de votre fournisseur de soins de santé.

          Culture des expectorations

          L'expectoration est un mucus épais qui est craché par les poumons. C'est différent de la salive ou de la salive.

          • Utilisé pour aider à diagnostiquer les infections fongiques dans les poumons
          • Procédure de test:
            • On vous demandera peut-être de cracher des expectorations dans un récipient spécial selon les instructions de votre fournisseur

            Une fois votre échantillon prélevé, il sera envoyé à un laboratoire pour analyse. Vous n'obtiendrez peut-être pas vos résultats tout de suite. Votre culture fongique doit contenir suffisamment de champignons pour que votre fournisseur de soins de santé puisse poser un diagnostic. Alors que de nombreux types de champignons se développent en un jour ou deux, d'autres peuvent prendre quelques semaines. La durée dépend du type d'infection que vous avez.


            Cinq étapes pour traiter la prolifération de Candida, naturellement

            La plupart des naturopathes vous diront qu'ils passent une grande partie de leur temps avec des patients qui traitent la prolifération de levures, également appelée candidose, et les symptômes physiques et psychologiques persistants qui l'accompagnent. Je ne fais certainement pas exception. Il ne se passe pas un jour où je n'ai pas une poignée de personnes qui arrivent avec un ou plusieurs signes révélateurs. Candida albicans est une levure naturelle, généralement bénigne, qui se développe dans le tractus gastro-intestinal. Cependant, lorsqu'il prolifère dans le corps, les symptômes peuvent être débilitants :

            • Gaz et ballonnements douloureux et persistants
            • Infections à levures récurrentes chez les femmes
            • Constipation ou diarrhée
            • Migraine
            • Gain de poids
            • Dépression et brouillard cérébral
            • Problèmes de peau comme l'eczéma et l'acné
            • Sensibilités alimentaires
            • Fibromyalgie ou syndrome de fatigue chronique

            Comme je l'ai déjà écrit, le microbiome de l'intestin est un jardin délicat et il est facilement basculé dans la prolifération de levures. Il y a plusieurs causes. Dans ma pratique, le facteur contributif numéro un est l'utilisation prolongée d'antibiotiques. D'autres incluent : le contrôle des naissances, la fonction digestive diminuée, l'effort, et l'immunité affaiblie. Chez beaucoup de mes patients, je vois une candidose conduisant à, ou fonctionnant en tandem avec, une prolifération bactérienne de l'intestin grêle (SIBO), un syndrome de l'intestin qui fuit, un syndrome du côlon irritable et des sensibilités alimentaires.

            Ma patiente Anne était une affiche pour la prolifération de candida. Architecte paysagiste à la fin de la trentaine, elle m'a parlé doucement et délibérément en me décrivant ses symptômes : oreilles qui démangent, gazeuses et ballonnements tout le temps, règles douloureuses, fatigue profonde, genoux douloureux et un diagnostic récent d'acné rosacée. Elle avait la couche blanche de muguet au fond de la gorge et des infections à levures trois ou quatre fois par an au cours des trois dernières années. Lorsque je l'ai interrogée sur l'utilisation d'antibiotiques, elle a décrit deux années d'infections chroniques des sinus au cours desquelles elle avait pris des antibiotiques presque tout le temps. Elle avait également une longue histoire d'utilisation du contrôle des naissances : 12 ans, bien qu'elle ait arrêté quelques années auparavant.

            Dans un cas comme celui d'Anne, je n'ai même pas nécessairement besoin de lancer des diagnostics pour confirmer ce que je sais déjà. Mais je repère généralement la candidose de l'une des deux manières suivantes : avec un questionnaire ou avec une analyse complète des selles digestives (CDSA). Souvent, les médecins diagnostiquent la prolifération de candida en se basant uniquement sur les symptômes et les résultats de l'examen physique.

            Le CDSA d'Anne est revenu avec un grand nombre de Candida albicans, des tas de mauvaises bactéries ainsi que de mauvais marqueurs de digestion et d'absorption.

            Le traitement pour mes patients qui se montrent positifs pour la candidose se déroule en cinq étapes : affamer la levure, la tuer, repeupler l'intestin, soutenir la capacité du corps à se détoxifier et, ce qui est si important, s'assurer que le patient est capable de faire face émotionnellement à tous les effets physiques de la désintoxication de la candidose.

            Avec Anne, nous avons fait les choses suivantes :

            1. Affamer la levure : C'est la première étape et nous le faisons avec un régime. Premièrement, pas de sucre, qui nourrira le candida. Pas de fruits au cours des deux premières semaines de traitement, puis les fruits sont limités à deux choix à faible indice glycémique. Pas de lait, qui contient du lactose, qui a tendance à favoriser la prolifération des levures et, dans certains cas, parce que le lait peut contenir des antibiotiques, peut favoriser la prolifération. Aucun aliment contenant de la levure comme l'alcool, les arachides, les melons n'est recommandé. Supprimer les sensibilités alimentaires : En supprimant les aliments auxquels un patient est sensible (grâce à des tests ou à un régime d'élimination), le tractus gastro-intestinal est mieux à même de se réparer.

            2. Tuez les bestioles : cela peut prendre des mois. Chaque mois, je change de protocole. Herbes antifongiques puissantes que j'utilise : berbérine, extrait de pépins de pamplemousse, feuille d'olive, il y en a beaucoup qui ont de la valeur. Ceux-ci sont toujours combinés avec de l'acide caprylique, qui est également excellent pour décomposer le candida.

            3. Repeupler l'intestin : Il est essentiel de mettre de bons insectes dans l'intestin pour évincer les mauvais. sacchromyces boulardii est particulièrement doué pour cela. J'ai des gens qui changent de probiotiques tous les mois. Les probiotiques encouragent également des selles appropriées si vous ne faites pas caca correctement, le corps fera recirculer la levure et c'est la dernière chose que vous voulez. Autres choses qui assurent l'élimination : graines de lin, psyllium et graines de chia mélangées dans des salades et des smoothies. Les aliments fermentés sont parfaits pour repeupler l'intestin en bonnes bactéries : le kimchi, la choucroute, le kéfir, le yaourt et l'eau de coco sont les préférés de mes patients.

            4. Soutenir le processus de désintoxication : une fonction hépatique améliorée est impérative en ce moment. Le foie est le filtre à huile du corps et lorsque vous vous débarrassez du Candida, il doit fonctionner de manière optimale pour aider le corps à se débarrasser de la levure. Il a également été démontré que le candida endommage le foie. Mon approche préférée pour le soutien du foie est le drainage biothérapeutique, mais j'utilise aussi du chardon-Marie et des choses comme le molybdène.

            5. Guérison émotionnelle : Il est si important de se détendre pendant ce processus. La réaction de mortalité redoutée peut amplifier les symptômes de Candida pendant une courte période de temps, ce qui peut être bouleversant et débilitant. Je passe avec plaisir beaucoup de temps à soutenir mes patients pendant cette phase. Je recommande souvent des remèdes homéopathiques constitutionnels, qui sont excellents pour rééquilibrer et soutenir la vitalité globale du corps pendant cette période de nettoyage.

            Avec Anne, il nous a fallu environ six mois pour traverser ce processus mais à la fin elle était sans symptômes : plus de démangeaisons ni de courbatures, elle pouvait manger sans craindre de gonfler immédiatement de gaz, sa peau était claire et ses règles étaient commencer à réguler. Elle ne souffrait plus de fatigue profonde toute la journée. Certaines personnes mettent plus de temps à guérir de la prolifération de levures, et d'autres prennent beaucoup plus de temps. De nombreux facteurs déterminent combien de temps cela prend : la force du système immunitaire, le degré de stress dans la vie (à la fois environnemental et émotionnel), la santé des organes individuels traités et, bien sûr, l'attitude d'un patient envers son la guérison contribue grandement à blesser ou à aider le processus de guérison. Comme pour toutes les cures de médecine naturelle, ce n'est pas toujours une progression linéaire mais le résultat est que, comme dans le cas d'Anne, le problème est définitivement réglé.

            Si vous souffrez de symptômes similaires, un docteur en naturopathie qui peut se concentrer sur la création d'une santé ultime grâce à l'utilisation de thérapies naturelles est ce dont votre intestin pourrait avoir besoin. Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec le Dr Maura Henninger, cliquez ici. Devenez fan de Dr. Maura sur Facebook, connectez-vous avec elle sur LinkedIn et suivez-la sur Twitter.


            Poudre d'extrait de levure sèche autoclave - (Nov/06/2007 )

            Est-il possible d'autoclaver efficacement une quantité décente de poudre d'extrait de levure (500 g) dans un bécher ?

            Ou cela ne sera-t-il pas entièrement stérilisé en raison des propriétés de transfert de chaleur ? Ou deviendra-t-il un gros bloc géant ou quelque chose du genre ?

            J'ai un récipient de fermentation de 100 L non stérile, mais j'essaie de limiter le type de contaminants que je lance. Donc, l'autoclavage des ajouts peut aider un peu.

            Je ne recommanderais pas d'autoclaver la poudre de levure sèche.
            Tout d'abord, un autoclave utilise de la vapeur pour stériliser. Ainsi, la poudre de levure sèche deviendra une poudre de levure humide/aqueuse après l'autoclavage. Deuxièmement, les poudres ne sont pas facilement stériles car elles doivent être en contact avec la vapeur. Quelque chose que le centre d'une poudre ne ressent pas facilement.

            Il serait préférable d'autoclaver une solution de levure en poudre. Cependant, ne le faites pas trop concentré car vous ressentirez une réaction de millard et une caramélisation importantes. Tous deux réduisent la disponibilité des sucres réducteurs libres (glucose, fructose) et la réaction de millard a un impact significatif sur les acides aminés libres, en éliminant jusqu'à la moitié du contenu d'acides aminés libres.

            En fait, mieux vaut juste préparer un litre d'extrait de levure avec de l'eau distillée stérile et filtrer stérilement le lot. (le flacon utilisé est pré autoclavé.)

            Hmm.. puisque vous avez un fermenteur de 100L, pourriez-vous aussi avoir un stérilisateur gamma ? Cela fonctionne très bien sur les poudres.

            Je ne recommanderais pas d'autoclaver la poudre de levure sèche.
            Tout d'abord, un autoclave utilise de la vapeur pour stériliser. Ainsi, la poudre de levure sèche deviendra une poudre de levure humide/aqueuse après l'autoclavage. Deuxièmement, les poudres ne sont pas facilement stériles car elles doivent être en contact avec la vapeur. Quelque chose que le centre d'une poudre ne ressent pas facilement.

            Il serait préférable d'autoclaver une solution de levure en poudre. Cependant, ne le faites pas trop concentré car vous ressentirez une réaction de millard et une caramélisation importantes. Tous deux réduisent la disponibilité des sucres réducteurs libres (glucose, fructose) et la réaction de millard a un impact significatif sur les acides aminés libres, en éliminant jusqu'à la moitié du contenu d'acides aminés libres.

            En fait, mieux vaut juste préparer un litre d'extrait de levure avec de l'eau distillée stérile et filtrer stérilement le lot. (le flacon utilisé est pré autoclavé.)

            Hmm.. puisque vous avez un fermenteur de 100L, pourriez-vous aussi avoir un stérilisateur gamma ? Cela fonctionne très bien sur les poudres.

            J'ai fait des recherches sur la réaction de Mallaird et il est dit que c'est la réaction entre un sucre réducteur et des acides aminés ? les seules choses que j'autoclave à des concentrations élevées sont du tryptone pur et de la levure, et parfois un mélange des deux. Il n'y a pas de sucres réducteurs non plus. sont là?

            il y a des sucres dans l'extrait de levure (glucides totaux 163mg/g) et un peu dans la tryptone césine (glucides totaux 4,3mg/g). Et considérons que le tryptone a été fabriqué par traitement avec HCl et extrait de levure par autolyse et concentration de la partie soluble du lysat. il y a de fortes chances que tous les glucides contenus dans le trytone soient constitués de sucres simples et qu'une partie des glucides soit constituée de fragments de sucre libres et petits. Les sucres complexes très volumineux seraient probablement de préférence centrifugés.

            Et enfin, il y a la lyse thermique à considérer en ce qui concerne les sucres lorsqu'ils sont confrontés à un autoclave.


            Voir la vidéo: DMD - Mistä saan (Août 2022).